1er Couv Plus noire est la mûre de Wallace Thurman La Cheminante site

Informations

  • Genre: : Roman
  • Supports: : Livre papier
  • Pages: : 224
  • Format: : 14x23 cm
  • ISBN: : 9782371270893

Plus noire est la mûre

Présentation de l'ouvrage

TRADUCTION DE FLORENCE CANICAVE

 

« Le drame de sa vie, c’était d’être trop noire » :
de son Idaho natal à la légendaire Harlem, en passant par Los Angeles,
le périple d’Emma Lou est celui d’une sœur noire d’Emma Bovary.
Forte d’une bouleversante liberté sexuelle, elle doit néanmoins apprendre
que la seule façon de construire sa vie est d’opérer une plongé en elle-même,
plutôt que de se résoudre aux injonctions que la société lui impose.

 

Dans la perspective d’une identité afro-américaine en pleine construction,
Emma Lou incarne ainsi superbement la possibilité d’un destin individuel
audacieux et captivant.

 

TRADUIT EN FRANÇAIS POUR LA PREMIÈRE FOIS, ce roman percutant
de 1929 fut le premier à s’attaquer aux préjugés sur la couleur de peau,
à l’intérieur même de la race. Il devint ainsi l’un des plus lus et des plus
controversés de son temps.

 

WALLACE PORTRAIT SITE
L’auteur : Wallace Thurman

 

Personnalité phare de la seconde génération de Harlem Renaissance,
Wallace Thurman dévoile ici les sujets majeurs de son œuvre,
qui font de lui un auteur éminemment moderne, désireux de repousser
les limites, sociales et artistique, aussi bien que celles de l’identité.

 

Début du roman :

Plus que jamais, Emma Lou se prit à sentir que son luxuriant teint noir
était une sorte de handicap, et une incontestable malédiction sa différence
de couleur marquée d’avec les autres de son milieu.
Non pas qu’elle se souciât d’être noire, il fallait bien avoir une couleur
de peau pour être Nègre, mais ce qui la dérangeait c’était d’être trop noire.
Elle ne comprenait pas pourquoi il devait en être ainsi,
ne comprenait pas la cruauté de ceux qui, ayant contribué à sa naissance,
avaient permis qu’on la plonge, pour ainsi dire, dans un bain d’encre,
quand la nature offrait une palette de couleurs plus agréables.
Il n’y avait là non plus aucune nécessité d’ordre biologique :
sa mère était assez claire, comme l’était la mère de sa mère,
et le frère de sa mère, et le fils du frère de sa mère ; mais il faut
dire qu’aucun d’entre eux n’avait eu pour père un homme noir.
Pourquoi sa mère avait-elle épousé un homme noir ?
Il y avait forcément eu dans les parages quelques beaux partis
à la peau couleur café. Elle ne souhaitait pas particulièrement
que son père ait été « jaune clair » mais, par égard pour elle,
on aurait certainement pu trouver un juste milieu.

 

Une proposition originale à la suite de ce roman Plus noire est la mûre
une géo-immersion dans l’univers de l’héroïne Emma Lou au cœur d’Harlem
avec du jazz dans des QR Codes et un album photo des lieux historiques 
qu’elle fréquente…

 

 

018 PHOTO PLUS NOIRE EST LA MURE

 

 

005 PHOTO PLUS NOIRE EST LA MURE

 

À lire absolument en écho passionnant à ce roman, les autres titres
des années 20 de la collection Harlem Renaissance de La Cheminante  :

 

 

Sables mouvants, roman autobiographique de Harlem Renaissance traduit à La Cheminante

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Sables mouvants de Nella Larsen

 

 

 

James Weldon Johnson et l'ex-homme de couleur

 

Autobiographie d’un ex-homme de couleur de James Weldon Johnson

La fiche Auteur n'est pans encore disponible

3 Avis

  1. Jean-Louis Lesbordes - at - - répondre

    J’ai passé un extraordinaire moment à lire ce livre de Wallace Thurman « Plus noire est la mûre ». La couverture accroche l’œil et se hisse à la hauteur du texte, écrit en 1929, sur les préjugés basés sur la couleur de la peau à l’intérieur de la communauté noire des États-Unis.
    Voici une plongée « dans cette chimère obsédante » de la couleur de peau. Analyse redoutablement fine de cinquante nuances de peau noire, des « nègres noirs » aux « marrons dorés ». Emma Lou jeune diplômée « trop noire » va ressentir toute sa vie ce mépris à peine voilé. Cette échelle colorimétrique empêche son immersion dans la vie universitaire ou dans Harlem, la fait douter d’elle-même… C’est un roman fort, poignant et plein de nuances qui pourrait se réécrire, identique, aujourd’hui. Remarquable . Merci de l’avoir traduit et édité.

  2. Audrele - at - - répondre

    Merci aux éditions La Cheminante de m’avoir fait parvenir ce livre dans le cadre de Masse critique. « Plus noire est la mûre » de Wallace Thurman est un roman datant de 1929. On suit Emma Lou, jeune fille noire à la peau trop foncée pour être acceptée par sa famille et sa communauté. le roman s’attaque aux préjugés à l’intérieur de la communauté afro-américaine quelques décennies après l’abolition de l’esclavage. Il ne faut pas être trop noir de peau si vous voulez être bien vu parmi les Afro-américains, le mieux étant de « se blanchir » au fur et à mesure des générations.
    Le père d’Emma Lou est noir, sa mère est mulâtre, « malheureusement » pour elle, Emma Lou a la peau foncée: « Le drame de sa vie, c’était d’être trop noire ». Elle est rejetée par les membres de sa communauté. Méprisés et discriminés par les Blancs américains, les Noirs se méprisent et se rejettent entre eux à cause de la couleur de leur peau. Emma Lou essaye malgré tout de réussir et de mener sa vie et ses études comme elle le souhaite, mais rencontre de nombreux obstacles.
    Seulement Emma Lou, bien que victime de préjugés, est elle-même snob et ne veut fréquenter que des gens de bonne famille, beaux et bien élevés, ceux-là même qui la méprisent!
    Wallace Thurman signe un roman très intéressant, très bien écrit et acerbe, dénonçant les discriminations et les préjugés intra-communautaires. Au lieu d’être solidaires les Afro-Américains, d’une certaine façon, font comme les Blancs. Wallace Thurman alerte ses contemporains de cette situation qui ne peut les aider à gagner leur place dans la société américaine. On est loin de la bataille des droits civiques qui aura lieu 30 années plus tard et verra la communauté noire se battre pour ses droits, malgré des divisions.

  3. Carthé Anne-Marie - at - - répondre

    Magnifique texte ! Mon réflexe : Ralentir la lecture au fur et à mesure, pour ne pas quitter trop vite Emma Lou, le personnage principal. L’histoire d’Emma Lou est émouvante, bouleversante. L’auteur parvient à nous faire entrer dans la peau de cette jeune femme. La peau, justement… le thème majeur. Ce qui fait basculer la vie d’Emma-lou, ce qui la mène à s’interroger sur son rapport aux autres, ce qui complique sa vie amoureuse, c’est la couleur de sa peau. Entre innocence et prise de conscience, entre drame et espérance, Wallace Thurman nous plonge dans le cœur d’Harlem des années 20. Emma Lou est attachante, comme l’était Helga Crane dans « Sables mouvants », le superbe roman de Nella Larsen. Les sentiments exprimés sont profonds. En refermant ces ouvrages, les personnages nous habitent longtemps après. Ces textes ne peuvent s’oublier.

    A la suite du roman, quelques photos nous font voyager dans le monde de Harlem et du Jazz, des chanteurs de l’époque comme Joséphine Baker, que l’on peut entendre grâce aux QR Codes.  

    « Plus noire est la mûre », un livre à lire absolument. L’écriture, l’histoire sont des plus contemporaines.

    Un grand merci aux éditions La Cheminante pour cette découverte, qui vient compléter « Sables mouvants » et « Autobiographie d’un ex-homme de couleur » de James Weldon Jonhson, ainsi qu’à la traductrice Florence Canicave pour ce beau travail.

Laissez un avis

*

20,00 € TTC