9782917598764

Informations

  • Genre: : Roman
  • Supports: : Papier
  • Pages: : 256
  • Format: : 14x19 cm
  • ISBN: : 978-2-917598-76-4

Présentation de l'ouvrage

NAYLA DEBS

Abel a décidé d’être heureux, malgré ses obsessions
en tous genres et un exil douloureux, malgré un cœur
partagé entre son Liban natal aux souvenirs colorés,
sensuels et fraternels, et sa vie parisienne torturée et grise.

La reconquête de sa vie passe par une étrange et
envoûtante histoire d’amour où la fascinante Aigle royal
devient l’icône de tous ses espoirs.
Grâce à elle, il entreprend un retour au pays d’enfance,
retour douloureux et bienfaisant, où le deuil déchirant
d’une entente entre les communautés religieuses ouvre la porte
à une réconciliation avec lui-même.

Si fuir le Liban, c’était pour lui trahir ses plus chers amis,
y retourner lui permet de réaliser la fatalité d’un communautarisme
exacerbé et meurtrier qui dépasse largement les volontés individuelles.

Nayla Debs qui signe ici son second roman après Sofar blues
a choisi le mode intime pour dénoncer la situation dramatique
de son pays, tout en prenant le parti de faire refleurir à l’esprit
de chacun les souvenirs heureux d’un temps d’avant les pluies
de larmes et de bombes.

Un roman d’espoir chevillé au cœur et au corps de cette
auteure, dont l’écriture exprime un amour tenace pour
le Liban et un désir de fraternité entre les hommes,
au-delà des frontières artificielles dressées
par l’intransigeance des fanatismes.

Nayla Debs

Après Sofar blues, petite musique douce et rebelle d’un passé glorieux, Nayla Debs s’attelle dans ce second roman à une cause aussi noble que désespérée dans la période de mer forte à très agitée, où navigue à vue son pays aimé : le Liban. Sa géographie de nouveau entre Paris et Beyrouth offre à son héros Abel un théâtre où mettre en scène le présent et le passé permettant de dénoncer le pire : les désastres des communautarismes ‒ notamment sur le plan de l’intime ‒ ineptie des religions quand elles se muent en fer de lance. Ce roman entretient un rapport au temps où la nostalgie n’est pas mélancolie, mais long désir de retrouver le meilleur dans les souvenirs d’enfance et d’adolescence, en écho à un présent prisonnier des obsessions d’Abel, qui va peu à peu résoudre dans l’amour l’équation improbable de sa double vie. Un amour qui surmonte les césures fatales entre communautés et lui donne la force de se reconquérir. De l’aurore de ce Matin de pluies mauves faucheur de vie, à son dénouement amoureux, Nayla Debs tisse en filigrane sa passion de la faune et de la flore, issue de son métier de jardinier paysagiste et de son regard aiguisé de sculptrice. Un regard qui aime les détails sensuels et la force des corps, dans un classicisme revendiqué, ostensiblement tourné vers la joie de vivre. Bon élève de ses amantes, Abel offre au lecteur une déambulation culturelle et sensuelle dans le cimetière du Montparnasse et au Musée d’Orsay, badinant avec l’amour d’œuvres sculpturales magistrales, où le sang coule dans les veines de la fonte. Vie-mort, duo incontournable de nos destins, dont Nayla Debs creuse un peu plus loin encore toute la force de suggestion, celle d’un impératif : rester droit, debout, fier, fort et déterminé à poursuivre le chemin, celui sur lequel les cailloux rencontrés disent encore que nous sommes bel et bien vivants.

Un Avis

  1. Carthé - at - - répondre

    Une écriture fluide, subtile, qui dès les premières pages, entraîne le lecteur à la rencontre du personnage principal. Tout en douceur on avance et on pénètre l’histoire, entre passé et présent.
    Par petites touches sensibles, sensuelles et gourmandes, notre curiosité s’impatiente. L’auteur nous incite à nous questionner sur notre vie, nos obsessions, nos peurs, nos envies, notre enfance. Une chanson de Barbara est évoquée, celle qui me fait pleurer à chaque fois que je l’écoute, et qui parle de notre attachement aux lieux de notre enfance.
    Les sentiments les plus forts sont écrits et décrits, avec douceur et douleur : le remord, le désespoir, l’amour, l’amitié.
    L’exil et sa souffrance. Des souvenirs, des images s’imposent par un présent qui ramène sans cesse au passé.
    Comment comprendre le monde qui nous entoure ? L’art, la musique, la poésie, aident l’être humain à surmonter « l’insurmontable », à persister dans sa quête d’amour.
    Nayla Debs, écrit avec délicatesse et poésie, les choses les plus futiles comme les situations les plus terribles, c’est là toute la force de cette écriture.

Laissez un avis

*

18,00 € TTC