PASSAGE DES DELICES

Informations

  • Genre: : Roman
  • Supports: : Papier
  • Pages: : 978-2-917598-92-4
  • Format: : 96
  • ISBN: : 11x15 cm

Présentation de l'ouvrage

Portraits d’amours : celui d’une mère pour ses fils et celui d’un fils pour sa mère.
À l’image parfois caricaturale de la mère juive, Denis Lévy-Soussan substitue un portrait tout en délicatesse, humour, amour et poésie de sa mère, qui au-delà de son appartenance à la communauté juive dont il relate ses savoureux souvenirs d’enfance au Maroc, est avant tout une mère.
Passage des délices à la mère fait partie des ouvrages qui restent gravés dans le cœur. C’est le portrait très touchant d’une maman coquette et délicieuse, dessiné en délicatesse et profondeur. C’est aussi les délices des souvenirs d’une enfance juive au Maroc où l’humour prend le dessus sur l’émotion du présent.

Denis Lévy-Soussan

L’œuvre de Denis Lévy-Soussan est habitée par le rapport au temps depuis le récit de son enfance à Rabat où il est né, en passant par l’accompagnement de sa mère dans ses dernières années (Petite cantate à la mère) et par le récit de la mort de son frère (Jean est mort). Habitée aussi par le temps sur le versant du désir dans Noces fraternelles et Instant pour elles qui cristallise l’instant, ce temps sans temps, pépite d’or du vivant. L’écriture permet de magnifier cette magie de l’instant et devient, avec la lecture, la plus fidèle compagne de Denis Lévy-Soussan, pendant d’une autre passion, celle pour la femme, invention la plus géniale de Dieu ! À n’en pas douter, un peu (beaucoup) de Woody Allen dans cet homme, qui aime Nietzsche autant qu’Edmond Jabès. En lui, se manifeste aussi le souvenir d’une mère aimante et aimée qui transmet le meilleur, depuis l’enfance, à sa progéniture. Il faudra cependant, pour s’émanciper du cocon initial, y faire allégeance par de belles études supérieures, et s’en échapper en changeant de géographie. Denis Lévy-Soussan quitte le Maroc à dix-sept ans et arrive à Grenoble en 1961. Ce parcours ouvert par cette transhumance en pays « froid » mène Denis Lévy-Soussan à la philosophie. Sa maîtrise et son CAPES en poche, il enseigne pendant deux ans, plus près du soleil, à Nice et Cagnes-sur-Mer. Le soleil suivant est celui, brûlant et lumineux, de la Martinique, où Denis Lévy-Soussan va enseigner à l’École Normale. Basculement à l’identique du premier, il se retrouve de nouveau du côté de la froidure, en Alsace cette fois, où il devient Inspecteur de l’Éducation Nationale. Ces va-et-vient aux extrêmes ne cessent pas. Après l’Alsace, c’est la Guyane, puis Nancy et Angoulême. Pour écrire, il fallait cependant se poser, de préférence dans un territoire le plus proche possible des sensations de l’enfance. Aix-en-Provence, où il porte sa double casquette d’Inspecteur de l’Éducation Nationale et d’enseignant à l’IUFM, l’en rapproche. C’est aussi dans cette région d’attache, où il se consacre à présent pleinement à l’écriture, que Denis Lévy-Soussan poursuit sa route. Tout ce cheminement fait de Denis Lévy-Soussan un poète averti et un écrivain extrêmement sensible aux moindres ondulations du vécu et du temps qui passe. Sans pathos, sans démagogie, sans mièvrerie, il est le passeur averti d’une réflexion sereine sur l’essentiel : le choix de la fin de notre vie. Oser mettre en mots la partition finale, la chanson la plus douce possible pour partir dans la dignité. Serait-ce sa maman qui souffle à l’oreille du philosophe ce chant précieux et courageux qui guide ses pas ?

Un Avis

  1. carthé - at - - répondre

    Un roman dont le titre donne déjà envie !! Comme une gourmandise !
    L’auteur nous plonge dans un univers de chaleur humaine, de tendresse et de joie. L’enfance inoubliable comme les « oublis croustillants » dont raffole le personnage.
    Un roman à goûter et à savourer sans modération !

Laissez un avis

*

8,90 € TTC