Informations

  • Genre: : essai
  • Supports: : papier
  • Pages: : 256
  • Format: : 14x21 cm
  • ISBN: : 978-2-917598-78-8

Les Algériennes du château d’Amboise – La suite d’Abd el-Kader

Présentation de l'ouvrage

PORTRAIT_AMEL_CHAOUATI

Cet ouvrage hors norme d’Amel Chaouati révèle un pan de l’Histoire jusque-là enfoui
dans l’oubli collectif des mémoires algériennes et françaises qui en retiennent
de l’émir Abd el-Kader que sa dimension de héros de guerre et penseur soufi,
plutôt que de l’envisager, dans sa reddition, sur le versant simplement humain,
celle d’un homme qui souhaitait sauver les siens d’une mort certaine.

L’exil en Orient qu’il appelait de ses vœux est ajourné par un long séjour en France.
L’émir y est, avec sa suite – hommes, femmes et enfants -, enfermé successivement
à Toulon, Pau, puis au Château d’Amboise durant quatre ans.

Munie d’une documentation historique incontestable, Amel Chaouati s’est lancée
dans le récit de la vie de ces femmes et enfants oubliés de l’Histoire.

Elle leur rend un hommage inédit, porteur d’un lien nouveau entre l’Algérie et la France,
où une vérité se faisant jour ouvre l’horizon d’un nouveau dialogue.

 

Lire le bel article de DK NEWS : « Amel Chaouati cultive d’espoir »
http://www.dknews-dz.com/interview/17-amel-chaouati-cultive-lespoir.html#.VFFEE4hbAF0.facebook

 

Amel Chaouati

Amel Chaouati ouvre un pan de l'Histoire qui trace une nouvelle géographie aux souvenirs communs des Algériens et des Français autour d'une figure hautement charismatique, celle de l'émir Abd el-Kader. Pour autant, s'il s'agit de lui, c'est ici par ricochet sur le destin des femmes de sa suite, lesquelles préoccupent essentiellement Amel en tant qu'Algérienne et en tant que femme. Psychologue passionnée par l'Histoire et la littérature de son pays et par les liens qu'il entretient avec l'ancien colonisateur, elle passe au prisme de ses recherches son propre vécu de l'exil, ce qui lui permet d'accéder à une mise en perspective avant tout humaine et universelle des rapports humains. Sur ce versant, elle a pu faire une rencontre fondamentale avec une très grande dame de la littérature et académicienne française : Assia Djebar, pour laquelle elle a créé et préside le Cercle des Amis d'Assia Djebar. En tant que coauteur et coordinatrice de l'ouvrage Lire Assia Djebar ! paru en 2012 à La Cheminante, elle a su mobiliser des auteurs des cinq continents exprimant par là un besoin et un désir vitaux de s'ouvrir au monde pour s'émanciper de la gangue d'une Histoire encore trop souvent verrouillée entre l'Algérie et la France.

3 Avis

  1. Sylvie Darreau - at - - répondre

    CRITIQUE LITTERAIRE DE HEMLEY BOUM

    Les Algériennes du château d’Amboise d’Amel Chaouati,
    éditions La Cheminante

    Pour apprécier le livre d’Amel Chaouati à sa juste valeur, il faut se souvenir du contexte historique
    Après 15 années d’une lutte acharnée contre l’envahisseur français, l’Emir Abd el-Kader ben Mahiédine, considéré comme le père de l’Algérie moderne, l’âme de ce peuple extraordinaire et complexe, signe sa réédition à la seule condition de pouvoir s’exiler en Palestine ou à Alexandrie. Le grand guerrier, le penseur soufi compte consacrer le reste de ses jours à l’étude, la contemplation, la poésie et profiter enfin de sa famille. Les autorités françaises en Algérie lui donne leur aval, mais le gouvernement du roi garde silence.
    Abd el-Kader et sa smala, le mot entrera tel quel dans le dictionnaire, une centaine de personnes dont près de la moitié constituées de femmes et d’enfants, sont embarqués dans un bateau.
    Abd el-Kader s’est livré sans aucune possibilité de retour, Il sera conduit en France où on lui apprendra que le gouvernement du roi refuse de le conduire en Orient et qu’il est dès lors considéré comme un prisonnier.
    Ainsi s’amorce l’histoire des Algériennes, du château d’Amboise.
    Au détour de l’unique paragraphe d’un livre d’histoire traitant de la vie d’Abd el-Kader, presque par inadvertance, Amel Chaouati apprend qu’il y avait des femmes et des enfants dans la suite du grand homme.
    Des femmes et des enfants ?? Cette information inédite, inattendue sera le point de départ d’une longue, très longue quête à la recherche de ces femmes, de leur vérité.
    Les Algériennes du château d’Amboise, loin des leurs, famille, langue, Dieu…Loin, si loin du soleil d’Algérie, vont happer sans échappatoire possible Amel Chaouati, l’attirer irrésistiblement vers elles, en faire leur ambassadrice. Une voix intérieure impérieuse, à laquelle l’auteur s’abandonne sans rémission et qu’elle nous conte avec force et pudeur au fil des pages.
    Elle va accomplir un travail de recherche colossal pour retrouver des traces historiques et administratives prouvant le séjour de ces femmes en France, retraçant le calvaire de leur détention à Pau, puis à Amboise. Une quête riche en petites découvertes si discrètes qu’elles pourraient passer inaperçues et fausses évidences comme des pièges entreposés. Avec une vigilance de chaque instant, avec patience et dévouement, avec acharnement et courage, l’auteur ressuscite pour nous les Algériennes de la suite d’Abd el-Kader
    Artisan patient de la restauration d’identités oubliées, de souffrances bafouées reléguées à l’arrière plan, la voix d’Amel Chaouati épouse celle de ces femmes, et les libère du silence et des monceaux d’hypocrisie sous lesquelles, l’Histoire celle avec un grand H qui bafouille et s’emmêle, celle sur laquelle chaque parti tente d’imprimer son propre sceau, les a ensevelies.
    J’ai appris, me suis émue, révoltée puis apaisée…Le temps d’un livre, je me suis sentie Algérienne, passionnément…

  2. Karima Berger - at - - répondre

    « Tes algériennes sont belles, elles chargent de chair notre Histoire, d’ une chair meurtrie, presque sacrifiée.
    Elles donnent aussi son humanité à l’ émir, moi, qui ne cesse de le lire. Présent, ce fond d’ ombres claires et de silhouettes qui affleure dans son écriture.
    J’ aime beaucoup cet entremêlement d’ écritures, poétique, autobiographique, historique, documentaire ; tout ceci redoublé par la présence de graphies différentes.
    J’ai retrouvé ce style presque unique d’Assia Djebar, lorsqu’elle parle des femmes, où histoire et intimité se nouent tragiquement pour « faire » un pays.
    Merci Amel de ces pierres rajoutées à ses fondations. »
    Karima Berger
    Auteure du roman « Les Attentives » chez Albin Michel

  3. Ferial Bentchikou Furon - at - - répondre

    J’ai eu le plaisir de rencontrer Amel Chaouati lors d’une émission sur radio Orient.

    Je me suis sentie d’emblée très proche de cette femme passionnée par notre histoire, nos racines, par sa volonté d’éclairer des pans historiques occultés car notre histoire demeure encore très verrouillée.

    Psychologue de formation, Amel Chaouati est passionnée de littérature algérienne. Elle est d’ailleurs la présidente de l’association des amis d’Assia Djebar dont l’œuvre prolixe lui a valu de rentrer en 2005 à l’académie française.

    Amel Chaouati nous offre aujourd’hui un très bel ouvrage, hors norme, extrêmement touchant, très sensible et très original dans sa construction : « Les Algériennes du Château d’Amboise ».

    Des Algériennes dans un Château ? Ce titre n’est pas anodin. Il s’agit des femmes, des enfants, des domestiques qui ont constitué la suite de l’émir Abdelkader lors de son exil en France.

    Abd el-Kader Ben Mahieddine est devenu un mythe historique à la fois en France et en Algérie de par ses années de résistance à la conquête française et également de par son charisme de penseur soufi.

    Mais l’épisode de son emprisonnement en France dans des conditions très difficiles est occulté des deux côtés de la méditerranée.

    C’est ce pan d’histoire effacé qu’ Amel Chaouati a décidé d’éclairer avec beaucoup de compassion pour la souffrance de ces femmes qui furent arrachées brutalement à leur terre natale.

    Des femmes qui se sont heurtés à des barrières culturelles, religieuses, de la langue. Des femmes qui ont payé de leur vie, ainsi que celle de leurs enfants qui sont nés en captivité.

    25 morts, beaucoup de femmes et d’enfants. Amel leur donne une voix, une existence.

    C’est un très bel hommage qu’elle rend à ces oubliées de l’histoire.

    Ferial Bentchikou Furon
    Présidente de FARR (Franco Algériens Républicains Rassemblés)

Laissez un avis

*

22,00 € TTC